Clémentine n’aime que le rouge

AUTEUR

Krystyna Boglar

EDITIONS

la joie de lire

RESUME

C’est la fin des vacances pour Marc, Nini et Paupiette. Les trois enfants n’ont rien de très palpitant à raconter pour la rentrée des classes. Mais voilà qu’ils découvrent au pied d’un buisson, une fillette apeurée répondant au curieux nom de Macédoine et qui pleure d’avoir perdu Clémentine. Ni une, ni deux, voici notre trio qui part à la recherche de cette fameuse Clémentine. Or, l’orage approche et les ennuis avec…

MON AVIS

Toujours pas trop le moral donc je continue les petits livres sympas de la pal. Cette fois on suit des enfants en vacances. Ils sont frère et soeur et sont devenus amis avec leurs voisin Tim et Tom . Un jour que la soeur et ses deux frères décident d’aller faire un tour a la mare aux crapaud la ou leurs voisins n’aiment pas aller ils découvrent sur leur chemin une petite fille en pleurs et ils décident de s’en occuper. Elle dit s’appeler Macédoine et elle pleure parce qu’elle a perdue Clémentine. Les enfants comprennent que Clémentine est la grande soeur de Macédoine et qu’elle aussi doit être perdue en forêt. Ils ramènent la petite chez eux pour qu’elle dit à l’abri et Marc le plus grand ne voulant pas laisser une autre fille seule en forêt alors il décide de partir en pleine nuit a sa recherche avec sa soeur Nini et son petit frère. Ils ne seront pas les seuls. Mais qui est vraiment Clémentine ? Est elle perdue? Vont ils la retrouver?
C’est un jolie petit livre qui j’avoue à certains moments m’a fait rigoles dans des actions dialogues et même certains noms de personnage est drôle. Ce qu’il faut quand on pas le moral et qu’on veut sourire ou même rire un peu pendant cette courte histoire bien plaisante qui nous vient d’une autrice polonaise .

San Antonio renvoi la balle

AUTEUR

Frederic Dard

EDITIONS

inconnue

RESUME

Il y a des jours où c’est pas votre jour ! C’est pas Bérurier qui me contredira ! Pourtant, il était plutôt bathouze avec son élégant costume aubergine et ses bottes de pêche… Paré qu’il était pour assister à la grande rencontre de football France-Exéma ! Il est balèze, le Béru, seulement de là à affronter let onze joueurs de l’équipe de France… Dimanche mémorable qui a marqué le début de la plus fantastique enquête de ma carrière. Et si les balles ont plu sur le terrain, c’était pas toujours en ‘ direction des buts !

MON AVIS

Dois je vous rappeler que je suis tombé en amours devant le personnage de San Antonio et sa gouaille tellement risible. Cette fois ci il par assister à un match a Berurier lorsque l’arbitre s’écroule mort de deux balles dans le palpitant comme il dirait li même. En parallèle un autre homme est retrouvé mort dans les gradins. Cela devait être un dimanche tranquille pour San A mais ce fut loin d’être le cas et le pauvre Beru aurait mieux fait de pas retrouver des billets au vu de ce qu’il va connaître ;). Je suis totalement fan de ce personnage et je me suis marré tout le long du livre car c’est un sacré personnage San Antonio mais tellement drôle dans ses expressions . Cet pourrait le trouver vulgaire mais moi j’adore. Alors un bon roman mélangeant police et une bonne barre de rire rien à demander de plus à part dire merci à Monsieur Frédéric Dard d’avoir écrit ces romans. C’est mon deuxième et j’aime toujours autant.

Knock ou le triomphe de la médecine

AUTEUR

Jules Romains

EDITIONS

folio gallimard

RESUME

LE TAMBOUR – Quand j’ai dîné, il y a des fois que je sens une espèce de démangeaison ici. Ça me chatouille, ou plutôt ça me gratouille.

KNOCK – Attention. Ne confondons pas. Est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous. gratouille

LE TAMBOUR – Ça me gratouille. Mais ça me chatouille bien un peu aussi…

KNOCK – Est-ce que ça ne vous gratouille pas davantage quand vous avec mangé de la tête de veau à la vinaigrette ?

LE TAMBOUR – Je n’en mange jamais. Mais il me semble que si j’en mangeais, effectivement, çà me gratouillerait plus.

MON AVIS

J’en avais entendu parler étant jeune avec le fameux « ça vous chatouille ou çà vous gratouille? » Mais je n’avais jamais vu la pièce ni lu et bien maintenant c’est fait. C’est une pièce plaisante on sourit à voir comment pense et agit le docteur Knock. Et surtout à la naïveté ou complicité de certains habitants. Cependant je ne me suis pas non plus pliée en deux de rire cela fait sourire sans plus. Peut être y a t’il une métaphore ou une leçon cache dans ce court texte que je n’ai pas cerner. En gros c’est à lire mais pas inoubliable pour moi peut juste dire que je l’ai lu c’est tout.

Mais t’as tout pour être heureuse

AUTEUR

Nicole de Buron

EDITIONS

j’ai lu

RESUME

Un matin, vous vous réveillez tellement fatiguée que vous vous recouchez sur-le-champ. Vous pleurez sans raison. Vous avez mal partout. Vous faites le tour des médecins. Rien. Vous n’avez rien. Si. Une jolie petite déprime. « Ce n’est rien ! Prends sur toi !  » s’exclament certaines de vos copines. « Tu n’as pas honte de te plaindre quand il y a tellement de gens plus malheureux !  » Oui, vous avez honte. Vous traînez comme une zombie dans votre vieille robe de chambre en marmonnant : Je suis nulle ! Je suis moche !  » Vous ne vous coiffez plus. Vous vous bourrez de chocolat. Encouragée par Petite Chérie, vous allez voir un psy. Il écoute vos propos incohérents et vous prescrit des médicaments que vous avalez en douce de l’Homme et contre l’avis de Fille Aînée. Après avoir failli divorcer, envisagé de tuer une dénommée Florence – grande amie de l’Homme -, songé à vous suicider, vous vous retrouvez un jour guérie. Si, si. Ouf ! Vive la vie !

MON AVIS

Je n’ai pas vraiment adhéré à ce livre même s’il évoque des choses que je connais avec l’angoisse et le seront dans le ventre. Peut être est ce parce que je connais tellement bien ce sentiment que ce récit de la dame qui se sent moche vieille plus désirable ne m’a pas touché plus que sa même si moi les raisons sont différentes. En plus cela tourne à la paranoïa envers son mari. Bref je me suis pas sentie à l’aise en lisant ce livre qui évoque aussi le suicide que j’ai connu aussi. J’ai été comme déconnecté total de ce récit alors j’arrive même pas à vous en dire plus.

Sacrées sorcières

AUTEUR

Roald Dahl

EDITIONS

inconnue

RESUME

Ah ! Si les sorcières portaient vraiment de grandes robes noires, des chapeaux pointus, une verrue sur le nez et qu’elles se promenaient sur des balais magiques, les choses seraient tellement plus simples !

La réalité est beaucoup moins folklorique et beaucoup plus inquiétante, Roald Dahl nous l’apprend : les sorcières sont pratiquement impossibles à identifier dans une foule.

Seuls de petits signes peuvent les trahir et il vaut mieux les connaître, car les sorcières n’ont qu’un but: éliminer les enfants qu’elles détestent !

On s’amuse vraiment beaucoup à suivre les tribulations de ce petit garçon et de sa grand-mère, bien décidés à lutter contre ces vilaines femmes qui ne rêvent que de transformer tous les enfants en souris.

Lorsque notre jeune héros se retrouve bien malgré lui caché dans une pièce où les sorcières tiennent leur congrès annuel, les choses risquent de mal tourner…

De frissons en éclats de rire, on leur emboîte le pas, tenu en haleine par un vrai suspense. Où l’on retrouve toute la fantaisie de Roald Dahl dans l’un de ses sujets favoris : les grandes personnes n’aiment pas forcément les enfants, mais ne sont pas toujours les plus fortes. Et la méchanceté est punie. Na !

MON AVIS

Deuxième Ronald dal que je lis et celui ci ma moins plut que le premier. Pourtant on parle de sorcières et j’aime ce genre de récit mais on ressent plus dans celui ci le côté livre pour « enfants » que dans l’autre. Cela ressemble vraiment à un long conte avec des déraille farfelues sur comment reconnaître ces fameuses sorcières qui peuvent ressembler à jolies femmes. En soit la lecture est agréable et Roald Dahl est un grand écrivain à lire mais je fus moins séduit par ce roman.

L’Ecume des jours

AUTEUR

Boris Vian

EDITIONS

inconnnue

RESUME

Dans un univers mêlant quotidien et onirisme, ce premier roman conte les aventures de Colin, de Chick, d’Alise et de la belle Chloé. Deux histoires d’amour s’entremêlent : Colin est un jeune homme élégant, rentier, qui met fin à son célibat en épousant Chloé, rencontrée à une fête, tandis que son ami Chick, fanatique transi du philosophe vedette Jean-Sol Partre, entretient une relation avec Alise. Tout irait pour le mieux sans les forces conjuguées de la maladie (Chloé est victime d’un « nénuphar » qui lui dévore le poumon) et du consumérisme (Chick consume ses ressources dans sa passion pour Jean-Sol Partre) qui s’acharnent sur les quatre amis. La plume alerte de Boris Vian, qui multiplie les néologismes poétiques et les jeux de mots (le pianocktail, le biglemoi, les doublezons…) semble le faire par politesse, car sous ses dehors de roman d’amour pour éternels adolescents, l’Ecume des Jours est un piège qui étouffe petit à petit le lecteur et les personnages. A l’image de la maladie de Chloé qui s’étend, la légèreté et l’innocence qui ouvrent le roman sont progressivement contaminées par le drame.

MON AVIS

C’est la première fois que je lisait du Boris Vian même si j’en avais déjà entendu parler. Et d’ailleurs c’était plutôt en bien et ce livre était apparemment un chef d’oeuvre alors j’ai lu ce livre. Et comment dire que j’ai était complètement perdue à le lecture de ce livre. Pour aller dans l’absurde pour montrer l’absurdité de notre monde ou société et bien il y va fort ou alors c’est moi qui eu loupe quelque chose. En tout je peut juste dire que je n’ai pas adhéré à cette lecture loufoque et trop perturbante pour moi même si amusante é en me le temps compréhensible sur certains points. C’est tout simplement pas mon truc.

Les copains d’Aristide : Histoires d’ici et d’ailleurs

AUTEUR

Claude Michelet

EDITIONS

France Loisirs

RESUME

Il y a ceux qui naissent sous une bonne étoile, bénis des dieux, heureux au jeu et en amour et il y a… Aristide. Roi de la guigne, prince de la poisse, il a fait de la malchance son sport favori, son hobby à plein temps. Tout ça à cause d’un nom à coucher dehors, car notre Aristide s’appelle… Klobe.

MON AVIS

Un poissard dont on écorche le nom depuis l’enfance est accusé de tentative de meurtre. Il nous raconte son passé de poisse ses rencontres et ce qui l’a amené chez une avocate. On s’attache à ce personnage qui n’a pas de chance. La lecture est très simple mais on ne boude pas son plaisir assez pour ne pas penser maigres le format lire un vrai roman et non un livre pour enfant. et Quelque part on se trouve tous un peu dans ce personnage poissard.

Zozo la tornade

AUTEUR

Astrid Lindgren

EDITIONS

le livre de poche

RESUME

Zozo est le roi des bêtises en tous genres. Il se coince la tête dans la soupière, fait grimper sa sœur tout en haut d’un mât… Mais au fait, où est-il passé ? Vraiment, avec lui, on n’a pas le temps de s’ennuyer…

MON AVIS

Livre détente rapide à lire mais très divertissant. Pas grand chose à dire que si vous voulez lire quelque chose de rapide en toute détente et pour rire entre deux gros romans lourds vous pouvez lire celui ci.

Réglez-lui son compte

AUTEUR

Frédéric Dard

DATE DE PARUTION

3eme trimestre 1981

PAGES

247 pages

EDITIONS

fleuve noir

RESUME

« Si un jour votre grand-mère vous demande le nom du type le plus malin de la Terre, dites-lui sans hésiter une paire de minutes que le gars en question s’appelle San-Antonio. » Voici la phrase inaugurale du premier San-Antonio, deux histoires réunies en 1949 sous le titre Réglez-lui son compte ! dans lesquelles, derrière l’intrigue efficace, on lit déjà la truculence de la langue, l’humour, l’esprit bagarreur, faussement nonchalant, et avant toute chose : l’exigence novatrice. Car Frédéric Dard a fait des mots un terrain de jeu en perpétuel mouvement, et il ne détestait rien de plus qu’imaginer une langue qu’on se serait appliqué à couvrir de bandelettes, momifiée, étouffée sous les conventions et… l’ennui. Exit l’ennui avec le grand Frédéric Dard. A toutes les époques et pour les siècles des siècles : tout le monde dit « I love you » à San-A.

MON AVIS

Je m’imaginais des tas de choses lorsque je j’entendais parler des livres de San Antonio, mais je ne m’attendais pas à devenir dés les premières phrases lues.

Ce qui m’a séduit tout simplement le fait que cela ne soit pas du texte lisse, je dirais sans vie, mais avec un beau parler une belle orthographe, des mots rechercher. San Antonio c’est ce que j’appelle du brut de décoffrage. Oui, il aime se vanter de lui(même mais ne dit on pas que nous ne sommes pas mieux servis que par soi-même.

Cette écriture m’a tenu jusqu’à la fin et la fin, du San Antonio pur. Vous savez comment vous commencer et la fin est du même acabits, un bonheur. Je ne compte même pas le nombre de fois où j’ai souris en lisant des répliques faites par ce personnage. En plus, on a deux histoires pour le prix d’une que j’ai trouvé très intéressantes, pas des histoires où l’on recherche comme à la Hercule Poirot. Nous sommes avec un héros qui connnait des tas d’aventures et les partages avec nous quand il le désire, car il se « censure » lui-même:

Je ne peut faire que des louanges à propos de ce premier livre du personnage de San Antonio. Lecture simple, on passe un bon moment à rire sans se prendre la tête et on suit les aventures rocambolesques d’un personnage haut en couleurs. Que demander de plus?

Courez, foncez pour lire ce premier roman qui personnellement m’a régalé.

Les femmes savantes

AUTEUR

Moliére

DATE DE PARUTION

inconnue

PAGES

environ 70 pages

EDITIONS

Flammarion

RESUME

« Il n’est pas bien honnête, et pour beaucoup de causes, qu’une femme étudie et sache tant de choses. » Chrysale est au désespoir face à l’attitude des femmes de sa maison. Flattées par le pédant Trissotin, celles-ci se piquent de grammaire et de philosophie, délaissent le bon sens au profit des bons mots… Les femmes peuvent-elles se mêler de sciences et prétendre à l’érudition? La pédanterie est-elle ennemie du bonheur? En cette fin du XVIIe siècle, la polémique va bon train, et Molière choisit son camp: celui de la comédie.

MON AVIS

Bon, on va pas déroger aux pièces de Molière avec des amoureux qui ne peuvent être ensemble,un couple de parent qui se dispute, des gens qui sont là pour aider à amener une solution à tout cela, et tout fini bien dans le meilleur des mondes.

Mais bon dieu, ce que madame et ses soeurs son embêtante pour rester polie, ça en devient même insupportable de les entendre dire que comme elles sont savantes, ils faut qu’elles côtoient que des gens comme cela, même ses valets doivent avoir un beau parler sinon, ils blessent madame et les virent en deux temps trois mouvements. Donc, évidemment la fille de madame doit être promise à un homme plein de philosophie et intelligent en plus de ça.

Au final tout se stratagème devient lassant, même s’il y a toujours des belles écritures sur certains points et de belles anciennes expressions, on ne devine déjà la suite de ce qu’il va se passer avant d’y arriver.

Le problème le plus immense pour moi ce sont les fameux vers encore une fois, on est si bien avec de la prose. Je devait relire certaines phrases deux fois pour en comprendre le sens, pourtant je suis loin d’être « bête », mais que ça des vers et encore des vers, des pavé de vers, c’est impossible. J’ai tenu jusqu’où bout mais plus jamais de si long texte en vers, ça c’est sûr.