Charlie et la chocolaterie

AUTEUR

Roald Dahl

DATE DE PARUTION

octobre 1993

PAGES

154 pages

EDITIONS

folio junior édition spéciale

RESUME

Charlie est un petit garçon qui vit avec son papa et sa maman, mais aussi avec ses quatre grands-parents. Tout ce monde est entassé dans deux pièces seulement car la famille de Charlie est très pauvre. Lorsque son papa perd son travail, la situation devient dramatique, ils meurent presque de faim.

Mais dans la ville où ils demeurent, il y a une mystérieuse chocolaterie : nul n’y entre ni n’en sort jamais. Son propriétaire, Mr Wonka, lance un grand concours : les cinq gagnants pourront visiter l’usine et gagner des sucreries pour toute leur vie.

Mais les enfants mal élevés doivent se méfier : ils seront punis par où ils auront péché. C’est à une merveilleuse exploration que nous convie Roald Dahl, à l’intérieur d’une usine fabuleuse qui recèle absolument tout ce dont n’importe quel gourmand peut rêver et aussi d’autres choses qu’il n’aurait pas osé imaginer : des machines qui fabriquent des bonbons inusables ou des chewing-gums-repas, des cascades de chocolat, des caramels qui font pousser les cheveux…

MON AVIS

J’avais envie de retomber en enfance avec ce livre. Et cela a été chose faite, en lisant ce livre avec toutes ces friandises, gourmandises qui nous tentent tant. Mais ce n’est pas seulement cela. En effet, ce livre est aussi important et montre que cela n’est pas parce que l’on a de l’argent qu’on peut se payer ce qu’on veut, faire ce que l’on veut; puisque, le petit Charlie fait partit d’une famille très pauvre et que c’est lui qui intéresse l plus Willy Wonka.

Par contre, j’ai fait la bêtise si je puis dire, de voir le film avant de lire le livre. Au passage, je suis fan de Johnny Depp, ceci explique cela :)/ Enfin, là où je veux en venir, c’est qu’on s’attend à avoir la majorité du film dans le livre et quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’il y a des scènes du film qui ne sont pas du tout dans le livre, comme l’enfance de Charlie Wonka avec son père dentiste par exemple. J’avoue cela m’a un peu décontenancé.

Or, cela, je n’ai pas boudé mon plaisir dans cette lecture, certes rapide, mais tellement plaisante. Cela reste un classique de la littérature et on ne peut passer à côté selon moi. Et puis, qui n’a jamais rêvé de connaitre cette chocolaterie magique ??

Un chant de Noël

AUTEUR

Charles Dickens

DATE DE PARUTION

novembre 1996

PAGES

122 pages

EDITIONS

librio

RESUME

C’est l’histoire d’un homme brisé dont la richesse est devenue sa seule passion dans la vie. Jeune homme, Ebenezer Scrooge avait de l’amour et de la famille dans sa vie, mais après de nombreux revers, il avait perdu le désir de faire partie de la société, de la famille et, par essence, d’un être humain attentionné. Un soir de Noël solitaire et froid, Scrooge se couche et est «visité» par quatre fantômes: son ancien partenaire (décédé), le fantôme du passé de Noël, le fantôme du cadeau de Noël et le fantôme du futur de Noël. Après une aventure époustouflante, des voyages dans le temps et des souvenirs, ainsi qu’une visite effrayante et solitaire de son avenir, Scrooge voit l’erreur de ses manières misérables et réveille un nouvel homme plein de vie, d’amour et de vie. excitation de partager sa richesse et sa compagnie avec les personnes avec lesquelles il partage sa vie.

MON AVIS

J’ai vu beaucoup d’adaptation cinématographique de ce livre, mais je ne l’avais jamais lu. Quoi de mieux qu’un livre de Noël en pleine canicule ? 😉

Franchement, je n’ai pas était déçu et quelque part, je préfère le roman en lui même que les adaptations au ciné. Certes, le personnage est à détester au début, mais voir le changement au fil du livre, quand les différents fantômes passent, est magnifique.

Et, l’ambiance, cette ambiance de Noël si bien décrite que ce soit des plus pauvres au plus riches, en lisant on voit très bien ce quartier vivant et heureux malgré le froid, malgré les problèmes, c’est juste Noël et ils en profite quoi qu’il arrive. Et, on comprend bien, qu’il suffit de peu de choses pour rendre un noël formidable et pas forcément e beaucoup d’argent que ce Scrooge veut tant garder pour lui.

Bref, bien sûr que je recommande ce roman, dans le meilleur des cas devant la cheminée en plein hiver; mais, même en été on ne boude pas son plaisir.