Mal de pierres

AUTEUR

Milena Agus

DATE DE PARUTION

mai 2013

PAGES

142 pages

EDITIONS

le livre de poche

RESUME

Au centre, l’héroïne: jeune Sarde étrange « aux longs cheveux noirs et aux yeux immenses ». Toujours en décalage, toujours à contretemps, toujours à côté de sa propre vie… A l’arrière-plan, les personnages secondaires, peints avec une touche d’une extraordinaire finesse: le mari, épousé par raison pendant la Seconde Guerre, sensuel taciturne à jamais mal connu; le Rescapé, brève rencontre sur le Continent, à l’empreinte indélébile; le fils, inespéré, et futur pianiste; enfin, la petite-fille, narratrice de cette histoire, la seule qui permettra à l’héroïne de se révéler dans sa vérité. Mais sait-on jamais tout de quelqu’un, aussi proche soit-il… Milena Agus dit de sa famille qu’ils sont « sardes depuis le paléolithique ». Et c’est en Sardaigne que l’auteur de Mal de pierres a résolument choisi de vivre, d’enseigner et de situer son récit.

MON AVIS

J’ai aimé ce livre, parce que l’on ressent les émotions que veut nous faire passer la narratrice. C’est encore plus fort, sachant que celle-ci nous raconte la vie de sa grand-mère et cela n’est donc pas de la simple fiction.

Au fil des pages, on se prend à se laisser aller à ses émotions envers le personnage principal, que l’on sait du type « tout pour être heureuse », mais qui finalement est si seule, car chacune de ses relations la fuit sans aucune explications. Alors celle-ci se sent à l’écart, comme quelqu’un qu’il est impossible d’aimer.

Le petit coup de coeur fut pour l’histoire raconté entre cette grand-mère Sarde et le Rescapé, où pour une fois elle était heureuse et se sentait aimé et apprécié. La description de cette relation en devient même touchante et sans vous dire pourquoi, à vous de lire le livre, elle va se montrer triste et désespérante.

Le moins de ce livre pour moi ce sont les descriptions très crues des relations sexuelles entre la grand-mère et le grand-père. Est ce parce que notre cerveau ne veut pas s’imaginer ces choses là avec nos propres grand-parents; mais je confirme que cela m’a gêné dans ma lecture.

En dehors de cela, la lecture se fait rapidement, d’une part parce que le livre est court, mais les chapitres le sont également, vous ne serez donc pas perdus dans votre lecture. Vous pourrez passer à travers des tas d’émotions tout au long des lignes et vous dire que cela s’est passé tel que la grand-mère l’a raconté à sa petite fille qui est la narratrice.

En bref, il a plus de bonnes choses que de mauvaises, mais cela bien sûr ne reste que comme d’habitude mon avis, alors je vous laisse découvrir cette histoire, et me dire ce que vous même vous en avait pensé

Son carnet rouge

AUTEUR

Tatiana de Rosnay

DATE DE PARUTION

février 2015

PAGES

188 pages

EDITIONS

le livre de poche

RESUME

Le fruit est -il plus savoureux lorsqu’il est défendu ?
L’interdit est-il synonyme de plaisir ?
De la duperie démasquée à la vengeance machiavélique, Tatiana de Rosnay revisite les amours illégitimes et envisage tous les scénarios – tantôt tragiques, tantôt cocasses – avec une légèreté teintée de sarcasme, jusqu’à une chute toujours croustillante, parfois glaçante.
Un jouissif »déshabillage » du délit conjugal, où le rire se mêle à la compassion et la transgression au désir.

MON AVIS

Je ne peut pas dire que je suis déçu après avoir terminé ce livre, puisque je n’en attendais rien de spécial et que je découvrais le style de Tatiana de Rosnay. Cependant, je ne peut pas non plus dire que ce livre mais follement plût.

Je m’explique, je savais en lisant le résumé qu’on allait parler d’infidélité sous différent point de vue avec 11 nouvelles différentes. Mais, je ne m’attendais pas e, voyant toutes ces infidélités ne voir qu’un seul type au final; c’est à dire, l’homme qui trompe sa femme. Aucune situation n’évoque le sens contraire. De plus, on a jamais de véritable pris sur la fait ce qui peut arriver. On a que des miyens détournées pour découvrir l’infidélité, même si cela arrive le plus souvent, il est possible de le voir de ses propres yeux aussi, pas qu’avec des moyens détournées comme le babyphone, sms, lettre, etc.

Ok la majorité des hommes sont faibles niveau infidélité et montre bien qu’ils ne sont pas munis de leurs fameuses C……. comme ils aiment sans servir pour dire la vérité et préférent faire du mal aux femmes qui les aiment. Cependant, j’aurais juste aimé, trouvé un véritable guet a pans ou un mec qui se fait choppé directement, ou une femme qui trompe son mari tout simplement.

Au final j’ai plus eu l’impression de passer pour ce que tout le monde appel « le sexe faible », on se fait tromper, et on le découvre de maniére indirect, on s’en veut, alors que monsieur n’a pas de balls, et en plus dans la plupart des cas, les femmes restent ou pardonnent et s=ce sont les hommes qui prennent la décision de partit. WTF ????

Pourquoi on a aucune vengeance quel qu’elle soit, car oui cela arrive aussi dans la vie réelle, nous ne sommes pas que des faibles femmes qui disent Amen tout le temps. Donc, j’ai un peu de ressentiment face à ce livre, même si je me suis retrouvé dans une ou deux histoire. Je pense que cela aurait pu être un peu plus complet sur la vision de l »nfidélité.