Psyché

AUTEUR

Moliére

DATE DE PARUTION

inconnue

PAGES

environ 70 pages

EDITIONS

Flammarion

RESUME

Les deux sœurs de Psyché sont jalouses de l’amour que deux princes portent à leur cadette, mais celle-ci doit obéir à un oracle funeste, ce qui désespère son père et ses deux amants. Elle disparaît, transportée par le Zéphire dans un magnifique palais, elle entend l’Amour, dont elle ignore l’identité, lui avouer sa flamme. Psyché contraint l’Amour à se découvrir, mais l’oblige par là à retourner au ciel, car il était lié par un serment. Immédiatement le sortilège cesse, tout s’évanouit et Psyché se retrouve désespérée au milieu d’une campagne sauvage. Le Dieu du fleuve l’empêche de mettre fin à ses jours et lui apprend que Vénus désire la voir. La déesse lui adresse des reproches et l’entraîne dans les enfers pour l’éprouver : elle doit y accomplir des travaux au terme desquels elle reparaît, tenant une boîte qu’elle ouvre par curiosité, mais elle perd connaissance. L’Amour la croit morte, s’afflige, et s’emporte contre Vénus, sa mère ; alors Jupiter s’avance, rétablit la paix et ordonne à l’Amour d’enlever Psyché au Ciel pour y célébrer leurs noces.

MON AVIS

Comment dire, que c’est loin d’être mon oeuvre préférée. Je n’en avais jamais entendu parlé avant par rapport au bourgeois gentilhomme et ce texte m’a complétement perdu.

Imaginez vous lire plusieurs pages de textes seulement en vers, une longue sorte de poésie qui est censée être une conversation que vous devez suivre, et que j’ai eu du mal à suivre. Je ne conseille vraiment pas ce texte de Molière, sinon je pense que vous aurait une mauvaise image de cet écrivain, même si certains rechigne déjà à l’idée de devoir lire du Moliére.

Tout ce que j’ai compris, en bref, c’est qu’une humaine et adulé par beaucoup par sa beauté, à, tel point que même le Dieu Amour en tombe amoureux. Seul problème, sa mère, la déesse Vénus qui ne l’entend pas de cette oreille et qui ne supporte pas qu’on adule quelqu’un d’autre en ce qui concerne la beauté qu’elle-même.

En conséquence, je me perdait le plus souvent dans cette lecture en vers que mon cerveau n’a pas l’habitude de voir, ce qui perdue dans l’histoire pour n’en comprendre que le minimum, donc pas un bon souvenir de cette lecture; Je dirais donc, si vous n’aimez pas la poésie en vers, courez et fuyez cette oeuvre, malheureusement, je me dois d’être honnête. Piochez chez Moliére des classiques plus enrichissants et plus intéressants à mon sens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s